Claire     Anne Laurence    Cécile    Birthe     Sylvie

Salam…

Sylvie tchad6La paix soit avec vous… et que Dieu vous bénisse…
Me voici depuis plus de deux mois au Tchad, à Bitkine que j’ai retrouvé avec plaisir. Après 4 ans que de changements : les rues sont élargies (avec pour cela destructions de maisons) pour goudronner quelques artères de la ville…
En cette année électorale, il risque d’y avoir quelques travaux. En effet, depuis le début du mois de novembre, une déviation de la rue principale de la ville passe à côté de la maison : vive la poussière et le bruit ! Pourvu que les travaux avancent vite. Il y a deux ponts à faire et à travailler le sol avant de poser le goudron.

J’ai retrouvé avec plaisir un rythme quotidien lié au rythme solaire
Le matin, lever vers 5h avec le jour… et aidé par l’appel à la prière du muezzin ou plutôt des muezzins, car il y a plusieurs mosquées autour de la maison… et bonheur, ils n’ont pas tous la même heure,alors nous profitons pleinement de chacun.
Vive la douche froide, rafraîchissante à l’aide d’un seau et d’un bol ! On s’aperçoit vite de la quantité d’eau consommée par douche.Sylvie tchad1
Pour le petit déj, pas de micro-ondes ni de bouilloire électrique (cela serait trop puissant par rapport aux quelques panneaux solaires que nous avons), mais un peu d’eau chaude dans un thermos préparé la veille.
Puis, chance, nous avons deux prêtres sur la paroisse et donc nous avons la messe quotidienne à 6h15. Il est bon de commencer la journée avec le Seigneur.
Selon les jours, je pars plus ou moins tôt pour la mission. J’ai repris mon métier d’enseignante mais là, grande « promotion », me voilà devenue prof en collège. J’ai à m’adapter au niveau des élèves et à leur accent, tout comme elles à mon accent. Nous sommes dans la phase de familiarisation.
Au collège les cours sont de 7h30 à 12h35, d’où une grosse matinée de cinq heures. Et deux après-midi par semaine, il y a un temps d’études et les devoirs sur table, de 14h à 17h. Heureusement cela ne me concerne pas. Je peux rester à la maison et faire la sieste !
Je me rends au collège à vélo (10-15 mn). Cela me donne l’occasion de faire un peu de sport, de méditer aussi. Il me faut être vigilante lors du croisement ou dépassement par d’autres véhicules car souvent chacun se croit seul sur la piste.
Nous nous retrouvons en communauté pour le déjeuner vers 13h. Ensuite, la sieste est la bienvenue avant de vaquer à différentes occupations dans la maison (lessives, cuisine, rencontre communautaire, préparation des cours et corrections, aller chercher de l’eau pour notre consommation à un forage… C’est physique de pomper !).
La nuit tombe entre 17h30 et 18h, c’est alors l’occasion d’admirer un beau ciel étoilé à un horaire raisonnable. Il est doux et bon de contempler chaque jour le lever et le coucher du soleil… «Loué sois-tu Seigneur pour notre frère le soleil, qui illumine nos journées !»
Nous disons vêpres ensemble avant le dîner qui est vers 19h. Le tout suivi d’une vaisselle communautaire et des infos sur TV Tchad et/ou France 24. Et j’avoue que vers 21h, je suis heureuse de retrouver mon lit après une longue journée.
Et là, c’est le dernier petit rituel pour coincer la moustiquaire sous le matelas et se glisser dessous si possible sans laisser passer les moustiques.

Sylvie tchad5Ma mission : enseignante au collège
Le Seigneur a bien de l’humour de me faire enseigner le français et surtout ce qui m’est le plus éprouvant, l’expression écrite… et mon point faible, l’orthographe ! Depuis le 21 septembre, les cours ont repris au collège et je mesure peu à peu ma tâche. J’avoue que côté rédaction, j’ai l’occasion de voir toutes les règles de grammaire et de syntaxe qui ne sont pas acquises ; et le vocabulaire, où souvent un mot est utilisé à la place d’un autre… Par exemple dans une lettre pour Mr le Maire de Bitkine : « Monsieur le Maire, j’ai l’opinion de vous faire part… », ou alors « je rencontre mes découvertes », « cette petite note pour savoir de mes nouvelles ».sylvie tchad7
Les « rédactions » sont aussi l’occasion pour moi de « m’inculturer » à travers leurs expressions, leur regard sur des évènements, sur leur pays… En effet, pour le moment je n’ai pas encore fait appel à leur imagination qui ne semble pas avoir eu l’habitude d’être sollicitée. Je m’appuie donc sur leur expérience.
Je prends aussi davantage conscience de l’attention prêtée aux personnes malades ou blessées que l’on va visiter et qui sont portées par la communauté (dans les paroles, la prière, …), signe d’une grande solidarité, mais aussi d’un certain fatalisme, face à des évènements.
Il y a deux classes de 6e au collège. Dans la 6e d’accueil, une classe de (re)mise à niveau avant de plonger dans le programme du collège, il y a environ 25 élèves venant surtout des écoles de brousse… J’y enseigne 5h en français (expression, orthographe, vocabulaire). Avec elles je reprends les bases du primaire ! Et elles ont parfois du mal à comprendre mon « drôle » d’accent !
Sylvie tchad2Les 4e et 3e ont la chance de me voir pour leur enseigner la « méthodologie de la rédaction » comme on dit par ici, ainsi que pour les cours de religion, occasion d’ouverture à la différence, et en prime, pour les chrétiennes (protestantes et catholiques), un cours de formation chrétienne. Cela me donne du travail de préparer le cours sur les religions et en même temps c’est une occasion de m’ouvrir aussi, occasion de lire (un peu !). C’est nourrissant…

Quelques particularités locales
Lors des cours, j’ai quelques distractions à voir passer les chèvres devant la porte de la classe quand elles ne passent pas leur nez par la porte…
La semaine de la rentrée, la grande activité des élèves a été de « labourer » la cour comme elles disent, c’est-à-dire de la désherber.
Un jour, nous avons eu des bonbons dans la salle des profs à l’occasion du mariage d’une élève de 5e… Les mariages de mineures sont courants dans la région. Souvent l’homme est majeur et plus âgé, il doit pouvoir payer la dot.
Pour info, cette année les élèves de 4e sont nées entre 1999 et 2001, d’après ce qu’elles m’ont dit en début d’année pour celles qui connaissaient leur date de naissance. Elles ont donc entre 14 et 17 ans.

 

Sylvie tchad3Et la communauté
Nous sommes 4 sœurs : c'est bon de retrouver la maison après la mission et d’échanger entre nous. Je goûte de vivre avec une Tchadienne car cela permet de mieux comprendre certaines réactions, comportements… C’est aussi une aide pour faire la part des choses entre un trait de caractère et un trait culturel. Nous partageons les tâches quotidiennes : la cuisine, l’animation de la prière communautaire, aller pomper l’eau, la vaisselle, le ménage (vive la poussière de sable qui est présente en permanence).Sylvie tchad4
La saison des pluies s’est finie par trois averses d’une demi-heure la dernière semaine d’octobre. Depuis, les pieds d’éléphants perdent leurs feuilles et se mettent à fleurir. Quelle beauté !

Ici la sécheresse se fait sentir… Cette année, la saison des pluies n’a pas été très bonne, les épis n’ont pas de gros grains… Pour le moment, les gens sont heureux de pouvoir récolter quelque chose. Combien de temps cela tiendra ? L’avenir nous le dira ! La période difficile sera la période de soudure au moment de la prochaine saison de la prochaine saison pluvieuse où les travaux agraires prennent beaucoup d’énergie et où les réserves de l’année précédentes s’épuisent.
Voici donc un petit partage de ma vie à Bitkine

Sylvie.

Province de France-Belgique des soeurs Auxiliatrices des âmes du purgatoire