Myriam C.    Marie-Françoise    Geneviève G.    Espérance    Céline    Isabelle G.    Bernadette    Marie-Odile    Françoise

 
Francoise5Retraitée, quesàco ?...

L’ophtalmo à qui je me présentais me disait sur un ton légèrement ironique : « Les religieuses ne sont jamais des retraitées » !! Comme il avait raison !! Comment l’engagement que nous avons pris de suivre Jésus pourrait-il conduire à une retraite quelconque ? Pour ma part, Il m’a donné de vivre avec bonheur ma vie d’enseignante, mais mon activité consiste maintenant à me laisser enseigner par Lui avec non moins de bonheur :

  • dans la vie quotidienne de mon quartier de la Duchère à Lyon, quartier en pleine rénovation, avec un fort taux de population originaire du Mahgreb,
  • et dans ma communauté composée de sœurs comme moi, « en retraite active ».

Et que de choses à apprendre ou à ré-apprendre !!

Francoise4Prenons par exemple le domaine de la santé : si les yeux ou les oreilles faiblissent et nécessitent quelques aménagements, c’est l’occasion de mesurer la merveille d’avoir des yeux et des oreilles, et de dire merci, ce que j’ai oublié de faire une bonne partie de ma vie ! Le chantier d’à côté me dérange et les gamins de 20 ans m’agacent avec leurs rodéos en moto ?... Oui, mais je les entends !! Ce n’est pas un cadeau, ça ?

De même quand tu as des « yeux neufs », grâce à la médecine, quelle chance de croiser le regard des enfants ! Et comme de soigner tes yeux te fait travailler et prier sur le regard, tu redécouvres à l’atelier de français du centre social, les merveilles ou les tristesses cachées sous les voiles enveloppants de tes amies maghrébines… Peut-être Jésus a-t-Il peu à peu transformé ton regard, comme à Emmaüs ? La fête des voisins, célébrée dans notre îlot de quartier, est une belle illustration de ces re-connaissances réciproques.

Francoise2Mes découvertes, avec l’équipe JRS (Service Jésuite des Réfugiés), du courage et de la vitalité de nos jeunes amis réfugiés ainsi que de la générosité des accueillants, ou la joie d’accompagner une catéchumène, je peux les partager avec les sœurs de ma communauté, un autre motif d’action de grâces. Ayant toutes dépassé 70 ans, nous avons en effet appris à relativiser les choses et à miser sur l’essentiel : la suite du Christ et la mission. Certes nous sommes très différentes : rythmes hyperactifs ou super-tranquilles, parole facile ou aussi précieuse qu’elle est rare, attention aux détails ou vision grandiose des réalités, etc… Mais tout cela constitue un mélange « dynamique » (parfois ça sent la dynamite !) parce que « l’amour du Christ qui nous réunit », vécu dans le quotidien avec patience, pardon, humour, est une source de nouveauté et de découverte perpétuelle.

Oui, la retraite, c’est passionnant, dépêchez-vous d’y arriver !

 Francoise1

  

Soirée avec les réfugiés et les accueillants de JRS

 

 

 

 

Province de France-Belgique des soeurs Auxiliatrices des âmes du purgatoire