blanc blanc

Christiane Hourticq

 hourticq

 

 

  

 

 

Journal La Croix,

samedi 17 - dimanche 18 novembre 2007, p. 11

Les limbes : avis de recherche

 

«  Que sont devenus les limbes ? Il paraît qu'on les a supprimés… Mais alors, où vont les enfants morts sans baptême ? » Il n'est pas étonnant que ces questions se posent aujourd'hui puisque, de fait, les limbes ont disparu de la catéchèse et de la prédication. En réalité, c'est une étrange aventure que celle des limbes et seule une réflexion sur le baptême permet d'y comprendre quelque chose.

Tout au long de son histoire l'Eglise n'a cessé de proclamer l'importance du baptême. Par ce sacrement Dieu libère de l'emprise du péché qui retient l'humanité captive, éloignée de lui. Dans un contexte de chrétienté on insistait pour que tous soient baptisés, dès le plus jeune âge. Telle était la voie normale du salut. Mais une question se posait, angoissante : que deviennent les enfants morts sans baptême ? Sont-ils condamnés pour l'éternité, alors qu'ils n'ont pas pu consentir personnellement au péché ?

Des théologiens ont imaginé une solution : ces enfants vont dans les limbes où ils jouissent d'un bonheur naturel, sans relation à Dieu. Solution insatisfaisante que l'Église n'a jamais officiellement adoptée. Si nous croyons que Dieu crée chaque être humain pour lui partager sa vie, comment accepter qu'il lui offre d'être heureux sans lui ?

Aujourd'hui le contexte est bien différent. Dans notre monde où les baptisés sont une minorité, il a fallu réfléchir de façon renouvelée sur la manière dont Dieu est en relation avec tout être humain. Nous comprenons mieux maintenant que Jésus-Christ est l'unique Sauveur de tous, y compris des non-baptisés.

«  Alors, à quoi bon le baptême ? » diront certains. Ceux et celles qui ont reçu ce don peuvent en témoigner. Le baptême est bien davantage qu'une libération du péché. Il est la source d'une relation vivante à Dieu. Habités par l'Esprit Saint, les baptisés font l'expérience d'être unis au Christ notre frère, avec qui nous pouvons dire « Père ». Le baptême est aussi porteur d'une responsabilité. Sur cette terre le peuple des baptisés a une vocation : poursuivre la mission du Christ, c'est-à-dire signifier par la parole et par toute la vie que l'amour de Dieu est pour tous. On le voit : le baptême n'a rien perdu de son importance. On pourrait ajouter : cette importance est de mieux en mieux comprise. Mais Dieu est libre de ses dons et peut passer par d'autres chemins.

Conclusion de l'enquête : les limbes ont disparu parce qu'ils n'ont jamais existé.

 

Province de France-Belgique des soeurs Auxiliatrices des âmes du purgatoire