Boîtes mémoire

L'année 2010-2011,
pour participer activement à la communication avec l'ensemble des sœurs de la Province
et devant l'impossibilité pratique de se rassembler toutes,
les sœurs aînées ont été invitées à monter une exposition à partir de boîtes mémoires.

Elles ont fabriqué des boîtes souvenirs à partir de ce qui fait leur vie religieuse auxiliatrice, hier comme aujourd’hui. 


Construire une boîte remplie d’objets personnels de toutes sortes évoquant ce qui nous a habitées comme Auxiliatrices et ce qui nous habite aujourd’hui. Une sorte de relecture de ce qu’est l’essentiel de notre vie religieuse et que les plus âgées peuvent partager aux générations plus jeunes. Moyen de rassembler, de contempler, de transmettre.

Ce mode d’expression, certes peu familier, permet de laisser libre cours à la créativité de chacune. Il est le support d’un partage au sein de chaque communauté et entre les communautés, mais aussi partage entre celle qui construit sa boîte et celle qui vient l’aider. 

boites patch
Quelques unes de ces boîtes...
(passer la souris sur les photos pour un zoom)

boites 3

              


"Le premier paysage que j'ai aperçu est celui de la montagne savoyarde : du solide, du concret, du roc ! Et il s’est déposé quelque chose de ce décor montagneux au plus profond de moi-même, issue d’une famille enracinée dans la foi. [...]

A Cannes pendant 8 ans. J’étais cuisinière. Le dimanche, j’avais un groupe de jeunes travailleurs (ses) ainsi qu’un groupe de JOC qui venaient dans un local au fond du jardin, où se vivait un temps d’amitié, d’échange et de partage. Ils étaient de plusieurs nationalités et religions. [...]

A l’Ermitage de Versailles (21 ans) où j’ai aussi travaillé comme cuisinière avec une formation de base en cuisine suivie à Paris et passé mon permis de conduire, étant aussi chauffeur.

Le premier mouvement que j’ai rejoint fut celui des religieuses en service communautaire, avec lesquelles nous partagions ce que nous vivions à partir d’un thème d’année élaboré en assemblée nationale et avec les réflexions faites au cours de nos rencontres." [...] 

Marie-Louise

boites 7

 


De 1938 à 1961, vie de sœur coadjutrice au service de la communauté.

De 1961 à aujourd’hui, vie apostolique par l’accueil, la mission croate, les  activités multiples avec les enfants, les jeunes, les adultes des quartiers.

Et maintenant, active jusqu’au bout avec les résidents de la Roseraie…

Voici,
sous vos yeux, quelques souvenirs de ma vie…
Vie très différente de la vie actuelle !
Oui, vous vivez très différemment de moi !
Vous pensez très différemment de moi !

Mais je vous aime

parce que vous êtes mes sœurs !

« C’est l’amour du Seigneur qui nous a réunies »

Maria

boites 6

 

"En cherchant je me suis souvenue de beaucoup de grâces que le Seigneur m’a données et que j’avais oubliées.
[...]
J’ai vécu 22 ans à Blanchelande. J’étais chargée de l’accueil des retraitants : des enfants pour leur retraite de communion, des fiancés, des foyers. Le travail d’accueil était dur. [...] Mais ce qui m’aidait c’était de les voir en silence. C’était aussi de voir leur bonheur à la fin de leur retraite.

Dans ma vie, une chose m’a toujours aidée : c’est la contemplation de la Passion en faisant mon chemin de Croix. Ca me fait souffrir de voir Jésus en croix mais je prie en union ave Lui, pour les âmes du Purgatoire, pour le monde entier, pour les pécheurs qui le rejettent et pour ceux qui vont mourir.

A Lourdes, je suis restée 20 ans. J’allais souvent à la grotte. Je demandais à la Sainte Vierge et à Sainte Bernadette de m’aider à être unie à Jésus pour offrir tout ce que je faisais et tous mes sacrifices pour les malades. Les malades devant mes yeux, c’est comme si c’était le Christ. Je veux m’unir à Lui en offrant toute ma vie pour que ces personnes vivent de la vie du Seigneur. [...]

Au jardin, j’ai beaucoup travaillé. Quand je bêche pour enlever les racines du liseron, qui sont si profondes et qui repoussent toujours, ça me fait penser à ce qui est mal en nous - c’est profond et difficile à enlever complètement." [...] 

Marie-Madeleine

boites 10

 


Noviciat, Versailles Ermitage, 2 ans

Paris, Juvénat, médecine

Rome, 3 ans préparation à la Mission. Partir en Chine.

1939-1940, Florence

Fin de la guerre, départ pour la Chine, 46 jours de bateau. Huit jours à Ceylan pour réparation. Chine, chargée des jeunes filles en difficultés, 5 ans.

Rwanda, à l’âge de 30 ans. Au volant de la camionnette, faire beaucoup de choses diverses. 200 garçons, construction, menuiserie, élevage de porcs (50), 320 diplômés. Une grande amitié avec Mama Jeanne

Retour en France, Épinay 20 ans. De nombreuses relations avec des associations, proposer la découverte de la Bible.

1998, retour à Versailles. Les rencontres se poursuivent.

Réginald

 

boites 5

 

"La confection de cette boîte m'a permis de réaliser toute l'évolution qui a traversé mon parcours. C'est ce que j'ai essayé de montrer.  

- La vie religieuse, dont la pensée m'était advenue, me rebutait, elle rimait pour moi avec vie ennuyeuse. Jusqu'au jour où l'ayant entendu définir comme une « vie donnée au service » de Dieu et des autres, le côté positif m'est apparu ; un retournement s'est fait en moi et, après des années de débat intérieur, a entraîné ma décision dans la paix. [...]
- 2 photos du 3e An soulignent le contraste entre le mien en 1957 et celui de 2007 ! 
- La sœur en vélo évoque mon travail d'infirmière à domicile : à pied, en vélo, en mobylette, moyens de transport utilisés diversement selon les lieux où j'ai travaillé. Habillée en religieuse d'abord, puis en civil. [...]
- Place particulière dans les deux médaillons : pour l'ACAT à laquelle j'ai adhéré en 1976, et ATD-QM à partir de ma retraite, à Lille, pour du secrétariat.  J'aimais aussi beaucoup  participer à ses Universités Populaires.
- Aujourd'hui ici, la Roseraie, où j'aime travailler à l'atelier de modelage, entre autres.  Une vie habitée par tous les visages rencontrés.

Le travail de relecture occasionné par la confection de la boîte a habité une partie de ma retraite annuelle cette année et m'a provoqué à la reconnaissance pour les dons reçus de Dieu, à l'humilié aussi en considérant tout ce qui a manqué dans ma réponse, au long de ma vie."

Ghislaine

boites 12

 


"Juvénat à Paris puis retour en Italie à Florence. Retour définitif en France en 1972, à la Maison Mère, pour m’occuper des sœurs malades.

Durant mes mois de vacances, j’ai pu faire des séjours en Grande-Bretagne chez nos sœurs si accueillantes et découvrir Londres, Oxford, Cambridge, Portsmouth et l’Ecosse. Tous ces endroits passionnants et fertiles en rencontres de toutes sortes.

En 1992, j’ai été appelée à Lourdes où j’ai pu accueillir au forum d’informations de nombreux pèlerins. La proximité de l’Espagne m’a donné l’envie de la découvrir et connaître la langue et son peuple si intéressant, et apprécier nos sœurs espagnoles si fraternelles. J’ai aussi découvert Saint Sébastien, Pampelune, Loyola, Burgos, Estella.

Tout ceci m’a permis, en arrivant à Chartres en 2000, d’être au service d’accueil de la cathédrale, mission passionnante et priante que j’ai assurée pendant une dizaine d’années avant mon arrivée à l’EHPAD."

Denise

Province de France-Belgique des soeurs Auxiliatrices des âmes du purgatoire